Quelle assurance habitation pour les bailleurs ?

Nov 16, 2020 | Assurance

Investissement locatif : quelle assurance habitation pour les bailleurs ?

Suite à un investissement locatif, la question de l’assurance habitation pour ce bien immobilier doit se poser. Il existe 2 contrats dont la différence semble parfois complexe : l’assurance multirisque habitation (MRH) et l’assurance habitation propriétaire non occupantbailleur (PNO). Selon votre situation, il se peut que l’une réponde mieux que l’autre à vos obligations et à vos besoins en tant que bailleur.

Les bailleurs qui dépendent d’une copropriété ont pour obligation de s’assurer en tant que propriétaire non-occupant. Pour les autres, la couverte de votre bien locatif reste facultative bien que fortement conseillée.

L’assurance MRH, Multirisque Habitation, recommandée pour les bailleurs

L’assurance habitation MRH s’adresse aux bailleurs non-occupants dont le bien n’est PAS en copropriété. Elle n’est pas obligatoire et pourtant presque indispensable face aux risques encourus par les propriétaires d’un bien en location. En qualité de propriétaire, vous engagez votre responsabilité avec cet investissement locatif, qu’il soit loué ou vacant. Imaginez par exemple, un sinistre causant plusieurs dommages sur des biens matériels ou corporels à autrui. Le risque n’est pas nul qu’un sinistre qui ne soit pas de la responsabilité du locataire engendre de tels dégâts. Sans assurance habitation, vous devrez réparer ces dommages, lesquels risquent d’entraîner des dépenses pouvant vite excéder plusieurs centaines de milliers d’euros.

L’assurance habitation MRH, même composée de garanties de base et donc moins chère, vous évitera un tel embarras. Rapprochez-vous d’un conseiller si vous n’avez pas assuré votre investissement locatif.

L’assurance PNO, Propriétaire Non Occupant, obligatoire pour un investissement locatif en copropriété

Depuis la loi ALUR datant de 2015, l’assurance habitation Propriétaire Non Occupant-bailleur est obligatoire pour un bien locatif en copropriété. Ce contrat d’assurance habitation vient renforcer les garanties du contrat du locataire qui ne couvre pas forcément tous les risques inhérents à votre bien immobilier. Il va aussi fonctionner durant les périodes où le bien est vacant.

Exemples de garanties d’une assurance habitation PNO pour les bailleurs :

  • Les garanties classiques de l’assurance habitation : responsabilité civile, événements naturels, vol, incendie, dégâts des eaux, bris de glace, actes de vandalisme,…
  • La couverture du mobilier (location meublée)
  • Le recours locataires : en cas de poursuite en justice du bailleur par les locataires
  • Le vice ou défaut de construction,
  • Le défaut d’entretien du bien loué, …

Toutes les garanties de cette assurance habitation ne sont pas obligatoires. Lors de votre sélection d’un contrat, évaluez au mieux vos besoins pour respecter la loi et aussi être plus serein suite à cet investissement locatif.

Un avantage fiscal pour votre investissement locatif avec l’assurance habitation PNO

Et si pour conclure cet article traitant de l’assurance habitation PNO, nous parlions de petites économies ? Si vous avez opté pour une imposition au régime réel, vos cotisations sont déductibles de vos revenus fonciers. Cet avantage fiscal de l’assurance habitation PNO concerne aussi les bailleurs qui font de la location meublée. De quoi encore plus vous inciter à bien vous protéger ainsi que votre investissement immobilier !

Allons plus loin

Investissement locatif et futurs locataires

L’assurance Multirisque Habitation désigne aussi le contrat que vous devrez demander, en tant que bailleur, à vos locataires. Vous devez faire mention de cette obligation dans le contrat de location. La loi vous autorise alors à leur imposer une telle assurance. S’ils la refusent, vous pouvez librement résilier le bail ou souscrire une assurance habitation à la place des locataires réfractaires. Ces derniers n’ont alors plus à souscrire un tel contrat obligatoire en leur nom, votre bien est protégé et vous avez aussi le droit d’imputer au loyer ce surcoût de prime d’assurance (1/12e par mois).